Paris perdu

 

Vous avez perdu quelque chose

De mon dernier voyage sur Paris, j’ai repris goût aux joies de regarder les passants déambuler sans se soucier de qui les regarde.
Je fais le pari de capturer l’extraordinaire quotidien dissimulé derrière une table de bistrot en terrasse. Le café est mon alibi.
Plusieurs déclenchements à la volée, je suis bien embarrassé par la gestion de la profondeur de champ. Je débraye l’autofocus et vive l’hyperfocale à l’ancienne!

Trop occupé par la technique, j’oublie ce qui se passe sous mes yeux. Un landau abandonné devant ma table,
oui,
bon,
je ne sais pas…
Une dame le récupère quelque instant plus tard. Mon café fini je reprends ma balade.
Pari perdu.

De retour à Bordeaux, je réalise l’éditing. Une main apparaît sur la gauche, doigt pointé, indiquant quelque chose de perdu à une dame.

Tout s’explique ! Et une bonne leçon : peu importe l’appareil, il faut le maîtriser. Il doit devenir un prolongement naturel. C’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur. C’est une façon de vivre.  (HCB n’est pas mort)

L’idée de recommencer l’exercice du triptyque café, terrasse, photo me tente bien…
Comme quoi le pari à Paris n’est pas totalement perdu; j’y ai gagné un thème.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s